Juliette Van Rijswijk

Hypnose Ericksonienne

Maitre praticien certifiée par l’Ecole Française D’Hypnose (EFH)
Spécialisation enfants de l’Académie d’Hypnose Thérapeutique du Québec (AHTQ)

L’Hypnose est une technique douce qui permet de vous accompagner en douceur vers le changement.

L'inconscient

L’hypnose éricksonienne est une thérapie qui permet d’aider une personne à régler un problème.

Si le problème pouvait être réglé avec la seule volonté, ce serait déjà fait depuis longtemps. D’ailleurs c’est ce que les gens font la plupart du temps pour gérer leur vie, ils utilisent leur volonté. Mais parfois, cela ne marche pas.

Pour un problème particulier, les solutions connues et conscientes ne fonctionnent pas. Cela ne signifie pas qu’il n’y a rien à faire. Il faut juste aller chercher ailleurs.

Lire plus

La thérapie

L’hypnose thérapeutique c’est l’art du changement, car pour régler un problème, il faut forcement changer quelque chose.

Avec l’aide de l’hypnose, vous pouvez changer ce que vous voulez changer : une habitude, un comportement, une émotion, une façon de penser, des mauvais souvenirs, un regard sur vous, une inquiétude, un trait de caractère, une douleur… La liste des possibles est longue, la seule condition est que le changement dépende de vous.
Ce n’est pas l’hypnose qui guérit ou qui change quelque chose, c’est la personne décidée à guérir ou à changer, qui grâce à l’hypnose, va trouver plus vite et plus facilement le moyen d’y parvenir.
Ce n’est pas magique, même si c’est souvent étonnant. Apprendre à se servir de son inconscient pour atteindre ses buts, c’est comme devenir propriétaire de son chez-soi. On peut y faire ce qu’on veut ! Ce serait dommage de rester locataire toute sa vie de son corps, de ses émotions, de ses croyances, de ses habitudes…

Il s’agit d’une thérapie brève (1 à 10 séances), respectueuse du sujet (chaque séance est unique, centrée sur le sujet et sa problématique du moment), adaptée à tous (la profondeur de la transe hypnotique n’influe pas sur le résultat).

L’état de transe hypnotique est un phénomène naturel dans lequel nous nous trouvons plusieurs fois par jour dès lors que nous « sommes dans la lune », « rêvassons », « sommes absent ».
Il a été démontré que dans cet état, notre cerveau et notre esprit fonctionnent différemment de l’état de veille habituelle.
Dans cet état nous ne dormons pas mais sommes tout au contraire en état de vigilance accrue centré sur notre vie intérieure.

L’hypnose Ericksonienne induit cet état de conscience modifiée qui permet d’accéder à l’inconscient.
Le sujet, guidé par le praticien, plonge dans son inconscient pour y puiser les ressources et les capacités dont il a besoin ; pour choisir les solutions au problème qu’il veut résoudre ; pour effectuer une transformation intérieure positive.

Lire plus

Milton Erickson

Milton Erickson 1901 – 1980. Psychiatre et Psychologue américain.

Considéré comme le père des thérapies brèves, il est le créateur d’une méthode d’hypnose thérapeutique qu’il a mis au point en luttant toute sa vie contre la souffrance et la maladie.
Il est né dyslexique, daltonien, avait des difficultés à reconnaître les sons. Il fut atteint d’une poliomyélite très sévère à l’âge de 17 ans qui le laissa complètement paralysé. De son lit d’infirme il se livra à un patient travail d’observation de ses muscles. En s’aidant du souvenir d’anciennes sensations corporelles, en visualisant des mouvements, petit à petit il retrouve l’usage de ses muscles. Il fit une rechute de poliomyélite en 1953 qui le laissa dans un fauteuil roulant. Il fait ses études de médecine et devient psychiatre, il étudie alors l’hypnose, d’abord dans le cadre de son activité de psychiatre puis plus largement en cabinet lorsque sa santé ne lui permet plus d’exercer en milieu hospitalier. Ces travaux sur l’hypnose sont reconnus aujourd’hui dans le monde entier.

« Le grand mérite d’Erickson est d’aider le patient à sorti du cadre rigide de son système de référence, en un mot, de ses croyances erronées, de ses préjugés. Il lui permet de rebondir en lui donnant accès à ses ressources et à sa créativité. Quand il constate qu’un intellectuel s’épuise et déprime à vouloir tout contrôler, Erickson lui demande de faire confiance à son inconscient avec une petite histoire : si le mille-pattes devait penser à la manière dont il bouge chacune de ses pattes, cela lui poserait vraisemblablement plus de problèmes que s’il les laisse régler leurs mouvements toutes seules. » Dr J.P Guyonnaud.

Lire plus